Romane et Jean, tous deux 23 ans, viennent régulièrement sur Penfret en tant qu’animateurs. Ils nous racontent cette activité bénévole qu’ils adorent.

Romane est conseillère principale d’éducation en région parisienne, tandis que Jean, lui, est directeur pédagogique à l’ITEP de Cerçay (Association pour l’Enfance Heureuse, fondée entre autres par Philippe Viannay, en 1960). Tous deux animateurs depuis 5 ans, ils forment également un couple à la ville. C’est Romane qui découvre les Glénans la première, lors d’un stage croisière à Paimpol. Enthousiasmée, elle incite son compagnon à s’inscrire en tant qu’animateur bénévole sur Penfret en avril 2017. Puis Camille, responsable de l’archipel, propose à Jean de revenir en juillet sur l’île en tant que responsable de l’animation ; il accepte avec joie, d’autant que Romane le rejoindra 15 jours pour travailler en binôme avec lui. Avant le grand départ pour les îles, ils nous livrent leurs petits secrets…

Dans sa valise d’animateur, entre ses vêtements de voile et son sac de couchage, Jean glisse les jeux de société qu’il affectionne et qui sont destinés aux stagiaires, des bouquins sur l’animation ainsi que des fiches d’activités, pour faire le plein d’idées sympas. Il contacte aussi en amont les animateurs qu’il retrouvera sur Penfret afin que chacun se présente et croise ses expériences avec les autres ; ainsi, une fois sur place, ils gagneront un temps précieux ! « Comme on est nouveaux aux Glénans, explique t’il, on s’est renseigné sur ce qui se faisait auparavant en animation, et sur les attentes des stagiaires. On a aussi pris du temps pour s’imprégner du milieu, de l’environnement ; on a fait un tour de l’île approfondi pour découvrir sa faune, sa flore, son histoire et celle de l’archipel en général, en se basant sur le Guide Environnement. Cela nous a permis de mettre en place un jeu de découverte, un genre de chasse au trésor par étapes, qui amène les stagiaires à se poser des questions sur Penfret et aller chercher des réponses auprès du chef d’atelier, des matérialistes… ». Romane ajoute : « Chaque jour, nous prendrons le temps de discuter avec les stagiaires pour faire le point sur leurs envies, qu’ils pourront inscrire par exemple sur le tableau dans la salle des repas. Puis nous mettrons en place les animations, ce qui prend plus ou moins de temps en fonction de leur nature ; les soirées « jeux de société » sont bien sûr les plus simples à mettre en place ! Pour commencer la semaine, l’idéal est un petit jeu qui permet de briser la glace : on l’appelle Brève Rencontre, c’est un genre de speed dating très sympa où chacun se présente et dit pourquoi il est venu en stage aux Glénans ».

Parmi les animations prévues, des grands classiques auxquels on ajoute des variantes : « le killer » par exemple, s’organise autour d’expressions maritimes (mettre les voiles, larguer les amarres...) ; « le Time’s up » (un jeu de mimes et de devinettes), en trois tours, a pour but de faire deviner une idée à son équipe, par des mots ou des mimes. Et bien entendu, de la pétanque et du ping-pong, des chants, des sessions d’étirement ou de yoga après la journée de navigation, ou d’aquagym si le vent est trop faible pour aller sur l’eau… Romane et Jean sont d’accord : le rôle de l’animateur est de donner envie, et de ne jamais obliger. Comprendre le caractère de chacun, lui proposer une activité qui lui convient (individuelle ou de groupe), l’amener à explorer l’esprit d’équipe mais aussi l’autonomie… « Notre rôle, c’est d’animer la vie sur l’île, pas de faire les clowns ! » concluent-ils en riant.