Comment se déroule votre arrivée en Martinique pour un stage croisière aux Antilles ? Clément, 32 ans, raconte.
 

Enfin, je m’envole pour la Martinique ! Dans quelques heures, j’embarquerai sur un Sun Odyssey 349 pour un stage de niveau 2 à destination de Sainte-Lucie. Depuis que je suis enfant je rêve de connaître le tiède alizé, qui souffle de la mi-décembre jusqu’à fin avril entre 15 et 20 nœuds, et permet de parcourir sereinement les Petites Antilles, où toutes les îles sont à moins d’une journée de voile. La houle est alors longue, ne déferle pas, on navigue toujours à vue des côtes sans louvoyer, les températures sont très douces… Le paradis !

J’ai tellement hâte, que le voyage en avion jusqu’à Fort-de-France semble une éternité. Mais à l’issue de ces 8h30 de vol, la récompense est immédiate… Nous sommes vendredi, et à l’heure où je finis d’ordinaire ma semaine de travail en traînant des pieds, me voici tout à coup complètement régénéré : l’odeur suave des Caraïbes est déjà une drogue, et la métropole semble n’être qu’un lointain souvenir. L’aéroport international Aimé Césaire est charmant, et le taxi collectif nous attend, moi et trois autres stagiaires : bien pratique, car il n’y a pas de bus jusqu’à la marina du Marin. Tout a été très bien organisé par Charly, le responsable sur place, qui nous a envoyé il y a 2 semaines un mail en nous demandant nos horaires d’arrivée afin que tout le monde soit pris en charge à la descente de l’avion.

Le trajet, très agréable, dure 45mn et nous découvrons la marina du Marin, plus important port de plaisance du Sud Caraïbe. Nous sommes reçus par Charly* et allons retrouver notre moniteur sur les pontons, devant notre beau voilier. La nuit tombe déjà, et les températures avec : après une bonne douche pour se délasser du voyage, nous nous retrouvons pour un ti-punch de bienvenue à la terrasse de l’un des sympathiques restaurants du Marin, en compagnie de notre moniteur ; les trois autres stagiaires arriveront demain matin. Nous discutons aussi avec d’autres stagiaires, inscrits en niveau 3 : ils partent pour 15 jours, vers les Grenadines. J’échange mes coordonnées avec eux, impatient d’entendre à leur retour leurs récits de croisière !

Après une bonne nuit réparatrice, je suis en super forme pour notre avitaillement, qui commence dès 9h car la chaleur a sorti tout le monde du lit dès 6h30 du matin. Les derniers stagiaires sont arrivés, et ils ont eux aussi passé une bonne nuit dans l’avion. Après avoir rangé toute la nourriture, nous effectuons avec notre moniteur la vérification du bateau, puis nous régalons à midi du poulet boucané acheté sur le marché. Charly nous demande un coup de main pour installer une bôme neuve sur l’un des voiliers : sur cette petite base Glénans à l’autre bout du monde, il est encore plus normal de s’entraider ! A 15h, nous sommes partis ! Notre premier mouillage se fait non loin, à Sainte-Anne, dans une eau indécemment turquoise : premier bain de mer pour tout le monde ! Aux Antilles, la navigation côtière ne se fait pas de nuit, faute de balisage adéquat. Demain, cap sur Sainte-Lucie, à une vingtaine de milles au sud de la Martinique… je touche mon rêve du doigt… Vendredi prochain arrivera bien trop vite : à 11h du matin il faudra être au ponton essence, puis s’amarrer à notre place, nettoyer le bateau, faire nos sacs, avant de reprendre vers 17h le taxi vers Fort-de-France. D’ici là, j’ai bien l’intention de profiter à fond de chaque minute !

*à partir de novembre 2016, l’accueil se fera dans un local sur le port du Marin.