La Sardaigne, c’est un peu les Antilles et les Côtes d’Armor en version italienne. A quelques encablures de Bonifacio, l’idyllique archipel de la Maddalena est une étape classique des stages croisière au départ de la Corse.
 

Depuis la Corse, on découvre tout d’abord les phénoménales îles Cavallo et Lavezzi (à 8 milles) puis c’est une explosion de granit rouge érodé par les vents et d’eau cristalline qui attend les stagiaires en découvrant l’archipel de la Maddalena, 10 milles plus loin, après avoir franchi les mythiques Bouches de Bonifacio. Composé d’une soixantaine d’îlots rocheux de toutes les tailles, ce parc national grand de 50 hectares abrite 7 superbes îles principales : Isola Caprera où l’on trouve la maison et la tombe de Garibaldi, Budelli célèbre pour son sable rose, la minuscule Razzoli, Santo Stefano, Santa Maria au nord et Spargi au sud. Elles abritent de nombreux et splendides mouillages, et un port principal, sur Isola Maddalena (la plus habitée et la plus visitée) : Cala Gavetta. Les palais colorés du XVIIIème siècle, la ronde des Vespa, les fortifications offrant un beau point de vue sur l’archipel, en font une escale des plus charmantes. Mouillés à Cala Santa Maria, Cala Bandito, Cala Francese, Cala Lunga, Cala Granara - dont certaines sont inaccessibles à pied – on se baigne jusqu’à la nuit avant de se régaler des bons produits sardes (charcuterie, fromages, fruits et légumes) trouvés dans les magasins de La Maddalena, ou le typique village de Santa Teresa sur la côte, d’où l’on voit les falaises de Bonifacio. Le relief de l’archipel (et de toute la partie nord-est de l’île) permet de savoureuses navigations par vent fort sur une mer toujours protégée de la houle : les conditions sont idéales pour s’exercer aux empannages, aux virements, au pilotage grâce aux nombreux alignements, et réviser les manœuvres d’homme à la mer.

C’est toujours dépaysé par la gentillesse des sardes (on vous attend sur les pontons pour vous aider à vous amarrer, on répond à toutes vos questions pratiques, avec le sourire), et leur culture très singulière que l’on descend vers le sud jusqu’à Porto Cervo, sur la Costa Smeralda. La côte la plus connue de Sardaigne, fief de la jet-set, a été luxueusement aménagée par l’Aga Khan dans les années soixante. L’architecture originale se fond autant que possible dans l’environnement : bétonnage outrancier interdit.

Navigation en Sardaigne, mode d’emploi

La Sardaigne, deuxième plus grande île de la Méditerranée après la Sicile (1 700 000 habitants), est une région italienne autonome à statut spécial depuis 1948. Attention aux humeurs soudaines du mistral et du Sirocco. Le thermique de nuit est renforcé par le relief de l’île avec de brusques rafales, il est moins régulier qu’en Atlantique près des côtes ; le thermique de jour est aléatoire (hors-saison, les températures de l’eau et de l’air sont assez semblables). De manière générale, la navigation est simple (falaises accores, quelques rares secs) pour peu qu’on lise scrupuleusement les guides, mais le balisage n’est pas aussi exhaustif qu’en France.

Trouvez votre stage à Bonifacio